Juste Milieu

L’actualité… les mensonges en moins

argile

Ils fêtent leurs 50 ans : 5 albums de 1972 encore indispensables

Juste Milieu revient sur 5 albums mythiques qui ont 50 ans cette année !
david bowie

Crédits photo : Shutterstock

Toutes les semaines, Juste Milieu accueille de nouvelles plumes. Auteurs, experts, citoyens engagés… On vous laisse la parole pour réfléchir encore un peu plus !

Envie de publier vos articles sur Juste Milieu ? Écrivez-moi à remy@juste-milieu.fr !

Disons-le : 1972 a été une très belle année pour la musique. Tandis que le rock progressif connaît ses grandes heures de gloire, le hard rock pose ses assises et le glam brille de mille feux sur la scène, en particulier britannique. 

Du côté de la soul et du funk, c’est également l’explosion ! 

En résumé, cette année dont nous célébrons les 50 ans a fait partie de ces périodes ultra prolifiques pour l’histoire des musiques actuelles.

Dans tout ça, Juste Milieu vous propose 5 albums qui sont aujourd’hui des classiques, des tubes, des incontournables ! Faites chauffer la platine et sortez vos meilleurs vinyles ! 

1. The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars – David Bowie

Il est difficile de trouver un artiste qui a autant illuminé la musique de son aura, y incorporant une dimension visuelle aussi forte et impactante. 

Quand David Bowie sort son cinquième album, The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars, souvent réduit à Ziggy Stardust, il est projeté au sommet, montrant l’étendue de son art. La musique est autant à voir qu’à entendre tant les personnages de Bowie sont charismatiques, de Ziggy à Major Tom en passant par le Thin White Duke.

Alors s’il est assez rare de se tromper en achetant les premiers albums du musicien, cet album a pourtant cette saveur incroyable, emmenée par des lignes mélodiques entêtantes et de vrais moments virtuoses à la guitare : du refrain mémorable de « Starman » à la présentation simple de « Ziggy Stardust », de la frénésie de « Sufragette City » à l’ascension croissante de « Five Years », ouverture de l’album, tout y est, de façon résolument moderne pour l’époque. 

La mort de Bowie a probablement été un véritable choc pour toute une génération qui a redécouvert par là le talent de ce multi-instrumentiste toujours inspiré et qui est à l’origine de véritables révolutions musicales et culturelles. 

2. Harvest – Neil Young

Aucun album de Neil Young n’a la portée musicale et émotionnelle de Harvest. Quatrième opus du musicien en solo, il comprend la seule chanson qui a permis à Young d’atteindre la première place des charts aux États-Unis : « Heart Of Gold », un petit chef d’œuvre de précision et de mélodie. 

À la croisée du rock et de la country, cet album est un moment suspendu permettant de se recentrer sur nous-mêmes et nos travers mais également une invitation au voyage, en plein cœur d’une Amérique du Nord entre conservatisme et modernité. 

Si le succès fracassant de Harvest a déstabilisé Neil Young qui a, alors, préféré prendre ses distances avec la célébrité, cet album n’en demeure pas moins un classique, même 50 ans plus tard. 

3. Machine Head – Deep Purple

Si Machine Head a donné son nom à l’un des groupes de thrash metal les plus importants en dehors du Big Four (Metallica/Megadeth/Slayer/Anthrax), c’est bien qu’il y a une raison ! L’ouverture sur « Highway Star », véritable monstre de virtuosité et de rage, est une raison en soi d’aimer ce petit bijou du rock. 

Nous pouvons également évoquer le cultissime « Smoke On The Water » dont le riff est un classique pour tout guitariste débutant et plus largement, un tube à la base du rock n’roll traditionnel. 

Bref, ce sublime album de Deep Purple montre clairement que le groupe est l’un des fondateurs du hard rock et du heavy metal, au même titre qu’un Led Zeppelin ou un Black Sabbath…

4. Vol.4 – Black Sabbath

Et en parlant de Black Sabbath, les voici également dans la liste, en 4ème position… avec Vol.4 ! Une chose est sûre : la drogue et les autres substances plus ou moins licites ont coulé à flot durant l’enregistrement et ça s’entend ! Les échos parfois psychédéliques ne sont d’ailleurs pas anodins : l’album a été enregistré à Los Angeles, dans le pays de la musique psychédélique ! La cocaïne est LE sujet principal des textes de l’album. De quoi facilement s’identifier en tant que spectateur… ou pas ! 

Vol.4 n’en reste pas moins d’une maîtrise désarmante et la sublime balade « Changes » ne nous fera pas dire le contraire, pas plus que l’efficacité de « Snowblind ». En résumé, en dehors du premier album, manifeste du hard rock, cet album est aujourd’hui encore l’un des meilleurs de Black Sabbath !

5. Superfly – Curtis Mayfield

Concluons avec un album qui n’a rien de rock n’roll mais qui a marqué le monde du funk : Superfly de Curtis Mayfield. Aujourd’hui, le chanteur est tout bonnement l’un des maîtres du genre, au même titre qu’un Marvin Gaye. Il est construit sur le principe des albums concepts, où chaque chanson a pour but de raconter une histoire dans son placement au sein de l’album. À ce titre, il est également un classique, au même titre que What’s Going On de Marvin Gaye, sorti un an plus tôt.

Ici, l’intérêt se trouve réellement dans la répétition des mêmes matériaux musicaux qui, développés, permettent de créer des morceaux plutôt complexes et laissant le temps à chaque instrument de s’exprimer. 

Ajoutez à cela la dimension engagée (la dénonciation des dealers comme nouveaux esclavagistes des Noirs aux États-Unis, synopsis du film dont est extrait la VO) et vous obtenez un album qui, malgré ses sonorités renvoyant clairement aux années 1970, n’a pas pris une ride. « Superfly » et « Pusherman » en sont les meilleurs exemples : la modernité dans le rétro. 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Copyright © Tous droits réservés. | Newsphere by AF themes.
RSS
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x