Juste Milieu

L’actualité… les mensonges en moins

Comprendre la finance décentralisée en 5 minutes

Ethereum, smart contracts… Comment la Blockchain va « ubériser » la finance
DeFi-Finance-decentralisee

Toutes les semaines, Juste Milieu accueille de nouvelles plumes. Auteurs, experts, citoyens engagés… On vous laisse la parole pour réfléchir encore un peu plus !

Dans un précédent article, je vous ai expliqué concrètement ce qu’était la Blockchain

Je ne vais pas revenir dessus, mais pour ceux qui auraient manqué ce message :

– la Blockchain est une technologie informatique ;

– cette technologie concerne le stockage et la transmission d’informations

– la Blockchain permet d’assurer des transactions (monétaires, de données…) de façon ultra-sécurisée, transparente et automatisée. Cela supprime les intermédiaires et les « tiers de confiance » ;

– il s’agit d’une technologie trustless, c’est-à-dire qu’il n’y a pas besoin de faire confiance aux personnes avec qui l’on interagit : c’est la Blockchain, c’est-à-dire le code informatique, qui régit toutes les transactions. On ne peut pas tricher ni cacher quoi que ce soit. 

Ces quelques éléments, c’est tout ce que vous devez retenir.

La fois dernière, je vous ai parlé de la première application de la technologie Blockchain : la création d’une monnaie numérique et, simultanément, de l’interface qui permet d’échanger cette monnaie. 

C’est le Bitcoin. 

Mais ce n’était qu’un début. 

Depuis Bitcoin (2008), il y a eu Ethereum (2015), une Blockchain plus complète, conçue pour que n’importe qui puisse y développer des applications décentralisées. 

Or, la plupart de ces applications décentralisées concurrencent le système financier traditionnel…

Ensemble, elles forment l’écosystème « DeFi », ou finance décentralisée.

Si je vous en parle, c’est parce qu’un jour ou l’autre, la DeFi va remplacer le système bancaire international. 

« Ce qu’Internet a fait au contenu, la blockchain va le faire au système financier »

Ce n’est pas moi qui le dis, mais Andreas Antonopoulos, un entrepreneur grec qui a compris avant beaucoup de monde l’intérêt de la Blockchain.

Le parallèle entre Internet et la Blockchain est intéressant. Il permet de bien comprendre les possibilités qu’apporte la DeFi.

Avant Internet, créer du contenu demandait des moyens, beaucoup de temps, un réseau, des stratégies de diffusion… 

Aujourd’hui, les YouTubers concurrencent les chaînes de télévision depuis leur chambre, et certains blogs tenus par des amateurs ont plus d’audience que des magazines renommés.

En clair : l’accès au statut de « créateur de contenus », qu’il s’agisse de vidéos, de textes, de spectacles, d’œuvres d’art… s’est démocratisé grâce à Internet

Et grâce à la Blockchain, c’est tout le système bancaire et financier, qu’il s’agisse de prêts, d’épargne, d’assurances, de trading… qui se démocratise à son tour.

En clair : les banques pourraient disparaître. Les courtiers pourraient disparaître. Les compagnies d’assurances pourraient disparaître.

Tous remplacés par des applications décentralisées conçues sur la Blockchain

Ethereum, la base de la DeFi

Reprenons là où l’on s’était arrêtés la fois dernière : Bitcoin.

La Blockchain Bitcoin est ultra-solide, mais simple. Elle permet d’effectuer des transactions.

La Blockchain Ethereum est beaucoup plus complète. 

Bien sûr, elle permet également d’effectuer des transactions… mais pas seulement. 

Elle intègre une fonctionnalité qui est à la base de toutes les applications décentralisées qui forment la DeFi : les smart contracts, ou contrats intelligents.

Un smart contract est un programme informatique qui exécute automatiquement certaines opérations à partir du moment où certaines conditions sont remplies

Ces opérations et ces conditions sont toutes programmées dans la Blockchain. Cela signifie qu’elles n’ont pas besoin d’intervention humaine pour s’exécuter. Pas d’intermédiaire, pas de tiers de confiance… C’est le code qui agit.

On ne peut donc pas « s’arranger » avec la réalité, ni mettre un coup de canif dans le contrat. Le smart contract est inaltérable. 

Un exemple : vous achetez un billet d’avion sur une application décentralisée. 

Toutes les conditions de remboursement sont pré-programmées dans la Blockchain

Imaginons que l’avion ait 6h de retard – et qu’il s’agisse d’une condition de remboursement prévue dans le contrat.

Dans ce cas, le smart contract que vous avez signé en achetant votre billet s’exécute. Le remboursement tombe automatiquement sur votre compte. 

Vous allez me dire « Oui, mais il faut bien un humain pour indiquer au système que l’avion est en retard… et l’humain, lui, peut mentir, tenter de gruger le système ».

Même pas. 

Les smart contracts reçoivent des informations du « monde réel » grâce à un autre type d’applications décentralisées conçues sur la Blockchain, qu’on appelle les Oraclesmais j’en parlerai un autre jour.

Ce qu’il faut retenir, c’est que la synergie entre la sécurité et la transparence de la Blockchain et l’automatisation des smart contracts est la base fondamentale de toute la finance décentralisée

Une finance qui se passerait d’humains, où plus rien n’est opaque et où la confiance entre acteurs est par essence garantie – car personne ne peut tricher. 

Inscrivez-vous à la newsletter gratuite
Argo Éditions

Recevez gratuitement les conseils et analyses de Marc Schneider, directement dans votre boîte mail.

Nouvelles technologies, metaverse, biotech, cryptos… mais aussi matières premières, géopolitique et stratégies d’investissement avancées : vous n’êtes pas près de vous ennuyer ! 

Tous les nouveaux inscrits recevront en cadeau le dossier « Metaverse : 3 actions pour en profiter » dans leur boîte mail dès leur inscription

Pourquoi la finance décentralisée va remplacer la finance traditionnelle ?

Il existe des centaines de services financiers Made in Blockchain qui permettent de : 

– faire des transactions, acheter ou vendre n’importe quoi avec n’importe quelle devise ;

– épargner et gérer votre épargne, la faire travailler pour générer un rendement

– emprunter de l’argent ou en prêter ;

– faire de l’investissement et du trading sur des actions, des crypto, des produits dérivées, des devises, etc. ;

– souscrire des assurances ;

– faire des paris.

Bien sûr, ces fonctionnalités existent déjà dans le système classique.

Mais elles sont coûteuses, elles prennent du temps et elles nécessitent l’intervention de tiers comme les banques (ou d’autres organismes financiers).

À l’inverse, la Blockchain et les smart contracts pourraient tout automatiser pour moins cher, en évitant les erreurs humaines, la corruption et les circuits occultes.

La DeFi va beaucoup plus loin que le système financier classique

La Blockchain, c’est le tiers de confiance transparent, automatisé et incorruptible.

En résumé : le système financier enfin purgé de ses excès…

Rien que ça, c’est une révolution.

Mais la DeFi ne s’arrête pas là. Elle permet plus que ce qui existe déjà. 

– Vous pouvez contracter ou clôturer un prêt de 50 000€ en 10 minutes

– Vous pouvez répliquer des actifs qui ne sont pas sur la Blockchain (comme les actions, l’or, le pétrole) tout en profitant des frais minimes et de la sécurité de la blockchain

– Vous pouvez posséder des fragments d’actions et des fragments d’immobilier de façon simple et ultra-sécurisée

– Vous pouvez contracter un prêt qui se rembourse tout seul en bloquant votre épargne pour qu’elle génère des intérêts qui rembourseront le prêt

– Vous pouvez placer votre épargne sur l’équivalent d’un livret A… qui travaille à 6 % sans volatilité

Tout ça sans banque, sans intermédiaire… donc pratiquement sans frais. 

Mais POURQUOI la DeFi n’a pas déjà balayé les banques ?!

Avec tout ce que je vous raconte, vous devez vous dire que les banques n’en ont plus pour longtemps.

Et c’est le cas. 

Mais il faut dire que la DeFi n’a pas encore tout ce qu’il faut pour démanteler définitivement le système financier traditionnel. 

Ce qui coince, c’est que la DeFi est encore obscure pour pas mal de monde. Les interfaces ne sont pas simples à utiliser. 

Heureusement, les dirigeants des services financiers construits sur la Blockchain ont bien conscience du problème… et de nouvelles applications, de nouvelles interfaces émergent tous les jours. Ce frein à l’adoption massive sera bientôt derrière nous.

L’autre point bloquant, plus important, est celui de l’engorgement du système

En clair, la Blockchain Ethereum, sur laquelle repose l’essentiel des applications DeFi, n’arrive pas toujours à traiter en instantané toutes les transactions qui ont lieu. 

Parce qu’il y en a trop, et qu’elle n’arrive pas à toutes les absorber. 

Ce problème de mise à l’échelle rallonge le temps que prend une transaction et augmente les frais, qui sont censés être minimes.

Mais là encore, il y a une solution.

D’autres Blockchains, dites “layer 2” (deuxième couche, en français) viennent compléter la Blockchain Ethereum… et lui permettent une mise à l’échelle sans limites.

En résumé : si ça fonctionne, la Blockchain Ethereum et toutes les applications construites à partir de celle-ci vont pouvoir traiter autant de transactions que le système financier traditionnel.

Qui est Marc Schneider ?

Marc Schneider est le fondateur d’Argo Éditions, une entreprise d’édition financière et de recherche en investissement. Sa newsletter gratuite réunit chaque semaine plus de 60 000 lecteurs. 

Ancien Risk Manager, Marc aide ses lecteurs à comprendre les rouages de l’investissement en bourse et en cryptomonnaies pour prendre en main leur avenir financier. 

Sa newsletter traite de sujets variés : nouvelles technologies, cryptomonnaies, psychologie de l’investissement ou encore géopolitique… avec un dénominateur commun : comprendre le monde qui nous entoure pour mieux gérer ses finances

5 7 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
12 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Eric
Eric
2 années il y a

Cette fois, l’article est signé par Marc Schneider directement. C’est donc maintenant officiellement de la publicité.
Juste Milieu n’est donc officiellement plus un média indépendant qui ne repose que sur ses abonnés.
Cela n’enlève rien à la qualité du travail accompli, mais cela risque de faire doucement tomber le voile du doute à l’avenir… Dommage. Il faudra donc chausser nos lunettes en demi-lune pour avoir un regard plus critique sur le travail à venir qui, je l’espère, ne sera pas influencé par de potentiels conflits d’intérêt.

Nicolas
Nicolas
2 années il y a
Répondre à  Eric

Ca m’a fait le même effet bizarre… Ca ressemble beaucoup à de la publicité… et me laisse un arrière gout étrange.

Paco
Paco
2 années il y a
Répondre à  Eric

On aurait espéré autre chose de la part de  » juste milieu » …. Dois-je me connecter sur BFM business ?

Ecrivain
Ecrivain
2 années il y a
Répondre à  Eric

Oui c’est de la PUB ?? !!

fred Banewitz
fred Banewitz
2 années il y a

Et en cas de « big bug » informatique, que se passera-t’il?…

lionel2
lionel2
2 années il y a

« C’est un sujet qui préoccupe de nombreux experts du monde de la finance.
Et le mieux dans l’affaire, c’est que chacun d’entre nous pourrait en profiter… »
Vous pensez que les banques n’ont pas acheté du Bitcoin, Ethereum ou autres saloperies instables ?
Comment utiliserez-vous ces monnaies virtuelles sachant qu’elles montent ou baissent à chaque instant ?
________________________
Bravo @Eric –> « Juste Milieu n’est donc officiellement plus un média indépendant qui ne repose que sur ses abonnés. »

‘faudrait que Rémy nous explique ce virage.

bepro50
bepro50
2 années il y a
Répondre à  lionel2

Justement arrive les stable coin qui ne sont pas instables, du moins pas plus que les monnaies actuelles.
Par contre, ils ne sont pas faits pour spéculer.
Rien de ce que fait l’être humain n’est parfait, mais là, il y a peut-être possibilité de ne pas être entièrement dépendant du système oligarchique. A voir.

Kurt Waldheim
Kurt Waldheim
2 années il y a

dans cet univers virtuel, si on débranche les machines, qu’on les met en panne, qu’on sabote les réseaux, il se passe quoi? on troque?

Diane
Diane
2 années il y a
Répondre à  Kurt Waldheim

Ce serait déjà le cas aujourd’hui. Qui se trimballe encore avec toutes ses économies sur ou chez lui?

Pierre
Pierre
2 années il y a

Il vaut mieux, me semble-t-il, qu’une chose complexe soit expliquée par un spécialiste que par quelqu’un qui, à tord, prétendrait l’être : s’informer n’est pas synonyme d’adhérer ! Quant à un éventuel « big bug » de l’Internet, il aurait les mêmes répercussions fâcheuses sur les bourses et banques traditionnelles qui verraient leur système s’écrouler. Bonne journée.

SugarBalls
SugarBalls
2 années il y a
Répondre à  Pierre

Sauf que la monnaie et la bourse n’ont rien à voir à la base. D’ailleurs dans l’absolue, les usuriers pourraient spéculer sur les informations et les ressources même sans monnaie. Si tu relis cette pub, c’est écrit, que cette technologie ne repose pas sur la confiance et c’est précisément le problème. Donc arrête de faire semblant que tu ne l’as pas compris. Quant à la prétendue inviolabilité du système, je me gausse : c’est un vieux refrain, elle sera au mieux temporaire et ceux qui ne tiennent pas la technologie seront lésés comme toujours… De toute façon il est évident que l’objectif de tout ça est de détruire les Nations souveraines en les privant définitivement de leur monnaies et ça c’est un fait.

Henry
Henry
2 années il y a

Bonjour,
Réduire le système financier au bitcoin ou d’autres c’est un raccourci un peu rapide.Demander un prêt, l’utiliser pour la comptabilité des entreprises avec des virements de salaires et achat de matières premières ou de machines-outils c’est une autre histoire.Garantir des loyers de remboursement .Il reste et restera toujours de la monnaies tout financer par dématérialisation est très risquée et aujourd’hui vous avez les TPE pour votre carte avec une garantie de payement et du personnel derrière ;pour le bitcoin c’est internet .La mort des livres était annoncée avec Google et autres , ils sont toujours bien vivant .La multiplication des monnaie virtuelles viendra aussi à poser des problèmes qui gérera un ordinateur ?

Copyright © Tous droits réservés.
RSS
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram