Juste Milieu

L’actualité… les mensonges en moins

Vers une disparition du groupe d’étude sur le sport à l’Assemblée nationale ?

L’Assemblée nationale semble prendre la direction de la suppression du groupe d’études sur le sport.
Sport

Crédits photo : Shutterstock

L’Assemblée nationale a une organisation allant bien plus loin que le simple Hémicycle.

Les commissions sont l’un des éléments essentiels mais il faut également compter sur les multiples groupes d’études.

Et justement, le 9 novembre, se tenait une réunion avec toutes les forces vives de l’Assemblée nationale pour la répartition de direction des différents bureaux d’études.

Un véritable panier de crabes

En effet, l’Assemblée compte actuellement 122 groupes d’études : un chiffre bien trop important pour Yaël Braun-Pivet qui a donné la consigne de descendre à 58 groupes.

Voilà ce qu’on appelle couper dans le tas

Et tandis que le scandale du moment est la potentielle attribution du groupe d’études sur l’antisémitisme au Rassemblement National, d’autres questions se posent.

Vers la suppression des groupes d’études sur le sport et le jeu vidéo ?

Il existe des groupes d’études plutôt improbables dans lesquels travaillent les députés de l’Assemblée nationale…

Saviez-vous par exemple qu’il existe un groupe d’études sur la Camargue ou encore sur le sommeil ?

Eh bien figurez-vous que ces groupes pourraient rester parmi les 58 finalistes…

au dépend du sport et du jeu vidéo

Pour le premier, rien n’est encore fait. 

Le député Renaissance François Cornier-Bouligeon tente d’ores et déjà de sauver ce groupe, affirmant : “À deux ans des JO et à un an de la Coupe du monde de rugby, c’est ubuesque”…

Pour une fois, on ne peut qu’être d’accord

Pour le jeu vidéo, la sanction est déjà tombée : le groupe d’études créé en 2017 ne sera pas reconduit, provoquant une vive indignation.

Le secteur du jeu vidéo est en effet essentiel en France, grâce à des studios comme Ubisoft ou Arkane

Gardons toutefois une démarche de “juste milieu” : le Rassemblement National, sous la dynamique de Sébastien Chenu, justifie tous ces changements par un changement de dénomination

Après tout, tant que le groupe d’études sur le sommeil reste, on peut dormir sur nos deux oreilles

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Copyright © Tous droits réservés.
RSS
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram