Juste Milieu

L’actualité… les mensonges en moins

Pétition Pour l'interdiction des sondages électoraux

Le point hebdomadaire des marchés avec Thomas Veillet – 26/09

Découvrez le nouveau billet de Thomas Veillet.
Billet de Thomas Veillet

Crédits photo : Shutterstock

Spécialiste reconnu du monde de la finance, vulgarisateur hors pair, Thomas Veillet décrypte pour vous l’actualité financière chaque semaine sur Juste Milieu.
Envie de publier vos articles sur Juste Milieu ? Écrivez-moi à remy@juste-milieu.fr !

Ça s’empire – ou ça sent pire ?

Nous n’avons donc pas eu droit à 100 basis points de hausse mercredi soir. Pourtant vu l’ambiance, on aurait presque pu parier que ça serait un coup de massue, mais en fait non. Par contre, le discours qui a accompagné cette nouvelle hausse de 0,75 % de la part de la FED n’aura laissé que peu d’espoir aux intervenants qui étaient encore un tant soit peu optimistes.

Ça a le mérite d’être clair !

En général, et d’aussi loin que je me souvienne, la FED n’est pas trop le genre à faire des prévisions. Son job, c’est d’annoncer ce que l’on fait des taux et d’expliquer où est-ce que nous sommes. D’ailleurs, depuis que Powell est au pouvoir, il a toujours eu tendance à être plutôt sympathique avec nous. Jusqu’au début de l’année on le trouvait même assez agréable. Sauf qu’il s’est raté au sujet de l’inflation et depuis le premier janvier il essaie de corriger le tir.

Cependant, lors de ce dernier meeting en date, on a bien vu que Jerome Powell a définitivement changé d’attitude. En effet, non seulement il a monté les taux de 75 basis points comme nous l’attendions, MAIS EN PLUS il a déjà annoncé ce qu’il allait faire lors du meeting de novembre, puis de celui de décembre. Le mec il nous a spolié les trois prochains meetings de la FED !

Des cibles claires et précises

La Réserve Fédérale Américaine a aussi pris le temps d’annoncer qu’il ne fallait pas trop se faire des illusions pour le futur, puisque Powell et ses amis ont annoncé que :

– il y aurait une nouvelle hausse de 0,75 % en novembre ;

– il y aurait ensuite une autre hausse de 0,5 % en décembre ;

– et qu’ensuite, ils monteraient encore les taux en 2023 pour atteindre les 4,4 % sur les FED FUNDS ;

– puis les taux resteraient là pendant un moment ;

– et pour terminer avec une bonne nouvelle, Powell a dit que les taux ne baisseraient pas avant 2024

Début de semaine comme on les aime

Si l’on fait le bilan de la semaine, c’est presque apocalyptique. Je suis simplement surpris de voir que la volatilité, l’indice VIX, ne s’excite pas plus que ça. Avons-nous encore trop confiance ?

Une chose est sûre, depuis quelques semaines nous avions appris à gérer les marchés avec les taux qui montaient pour freiner l’inflation et en admettant que les Banques Centrales n’étaient plus nos amies. Mais par contre, nous avions cette capacité inouïe de « croire », d’imaginer ou même plutôt d’espérer que l’on allait échapper à la récession comme par miracle. Un conte de fées miraculeux entretenu par le fait que l’emploi ne s’est pas effondré et qu’apparemment, il est plus que facile de trouver un troisième ou un quatrième job aux USA, emploi nécessaire pour contrer les effets de l’inflation.

Alors, qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

Depuis que l’on a admis la récession – c’est-à-dire depuis vendredi dernier, on la met à toutes les sauces et elle devient rapidement responsable de tous les maux. En revanche, ce qui est assez fou, c’est que jusque-là, on avait cru que le fait d’avoir « modifié » la définition technique de la récession, nous avions pensé que ça suffirait à l’éviter. Mais visiblement, la nouvelle la définition de la récession n’est pas encore allée assez loin et elle vient de se faire rattraper par la réalité.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter gratuite Les Investisseurs

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter gratuite Les Investisseurs

Recevez l’hebdo de Thomas Veillet directement dans votre boîte mail !

Mais pas seulement ! Vous récoltez aussi plusieurs fois par semaine, les meilleures informations sur l’investissement, la bourse et la finance personnelle. 

Si vous vous demandez sur quoi investir votre argent, quelles actions acheter ou encore comment savoir quand acheter en bourse, alors vous êtes au bon endroit.

En bonus, vous recevrez gratuitement 6 actions anti-crise dans votre boîte mail

Supports enfoncés et Bear Market 

Aux USA on était en Bear Market depuis un moment et mis à part le fait que l’on teste les plus bas du mois juin, on était plus ou moins en terrain connu. Mis à part peut-être le Semi-Conducteur Index qui termine tout de même au fond du trou du fond du trou et qui laisse présager que le pire n’est pas encore arrivé et que la semaine qui nous attend pourrait bien être haute en couleurs. Mais là où cela se complique, c’est que l’Europe est en train de craquer de toutes parts.

Nous entamons la semaine dans la position de l’alpiniste qui est accroché dans une paroi et qui vient de rendre compte qu’il a perdu tous ses pitons. Vendredi le CAC a terminé sa séance en Bear Market, le SMI l’a rejoint sur place. Quant au DAX, qui était déjà dans le territoire des ours, il a accentué le problème en faisant péter tous les supports et en terminant sa semaine au plus bas…

Fratelli d’Italia 

Le plus impressionnant, le plus fou dans tout ça, c’est que soudainement on se rend compte que l’Europe est dans une situation plus que critique. Chose qui est connue de tous depuis des mois, mais là c’est comme si l’on PRENAIT enfin conscience de la chose est que finalement il n’y aurait pas de miracle à l’horizon pour nous sauver la mise comme ça d’un coup d’un seul. Soudainement, ce matin il semblerait que l’on prenne conscience que la crise énergétique à elle seule a la capacité de nous mettre en récession sans forcer, que les restrictions à venir, dans le cas de cette crise, pourraient mettre l’économie à genoux. Que l’Italie est en train de partir en sucette avec un gouvernement d’extrême-droite qui sera explosif et qu’en plus du fait que la récession nous guette, la belle union européenne est en train de se fissurer.

Et puis on s’est aussi rendu compte que l’Angleterre est également dans une merde noire, il n’y a qu’à voir le Pound qui vient de passer de 1,15 à 1,03 contre le dollar. 

En ce qui concerne les raisons de la chute, on rappellera que la récente élection de Liz Truss au poste de premier ministre est vue d’un très mauvais œil par le marché. 

Qu’attendre de la semaine à venir ?

La baisse et toujours la baisse 

La déroute des marchés obligataires a accentué la pression sur les actions, les investisseurs ayant recalibré leurs portefeuilles en fonction d’une inflation persistante et de taux d’intérêt en hausse. Les investisseurs ont été pris au dépourvu après que la Fed a indiqué la semaine dernière qu’elle s’attendait à ce que les taux américains élevés durent jusqu’en 2023.

Alors que les données récentes indiquent que l’économie américaine reste relativement forte, les investisseurs craignent que le resserrement de la Fed ne fasse basculer l’économie dans une récession. Tout le monde est en train de réévaluer exactement jusqu’où la Fed ira, et c’est troublant pour l’économie.

Inflation en Europe 

La zone euro doit publier vendredi les données de septembre sur l’inflation des prix à la consommation. Les économistes s’attendent à ce que le taux d’inflation global s’accélère pour atteindre un nouveau record de 9,6 %, ce qui maintiendra la pression sur la BCE, qui se demande dans quelle mesure elle doit augmenter les taux d’intérêt face à une récession imminente.

Avant cela, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, doit témoigner devant la commission des affaires économiques et monétaires à Bruxelles lundi, où elle sera probablement interrogée sur la façon dont la banque centrale prévoit de mener la bataille contre l’inflation alors que le bloc fait face à la perspective d’une récession.

Un œil sur la Chine

La Chine publiera vendredi des données PMI qui seront suivies de près pour savoir si la reprise économique naissante s’est poursuivie en septembre.

Les données économiques récentes ont montré une certaine résilience en août, avec une croissance plus rapide que prévu de la production industrielle et des ventes au détail pour soutenir une reprise fragile, mais l’aggravation de la crise immobilière a pesé sur les perspectives.

Peu d’indices laissent penser que la Chine va bientôt assouplir de manière significative sa politique de zéro COVID, et certains analystes s’attendent à ce que la deuxième économie mondiale ne connaisse qu’une croissance de 3 % cette année, ce qui serait la plus lente depuis 1976, si l’on exclut l’expansion de 2,2 % pendant la période initiale de COVID en 2020.

La Chine a annoncé un large éventail de mesures de soutien économique depuis la fin mai, mais la baisse rapide du yuan chinois par rapport au dollar américain a compliqué les arguments en faveur d’un assouplissement du soutien monétaire.

En résumé, va falloir se protéger, se préparer à prendre encore des coups alors que l’on se rapproche toujours un peu plus des niveaux de « désespoir » que l’on attend impatiemment pour essayer de trouver le fond du trou !

Investir en bourse avec les investisseurs internationaux

Qui sont Les Investisseurs ?

Les Investisseurs est une entreprise spécialisée dans l’investissement boursier, qui édite une publication unique en son genre dédiée à aider les débutants grâce à des informations claires et précises sur l’investissement en bourse.

Imaginez avoir accès aux méthodes et techniques utilisées pas les meilleurs investisseurs du monde, comme Thomas Veillet un des trader les plus réputés sur la place financière Suisse ou encore Philippe Herlin, le premier économiste français à avoir cru au potentiel du bitcoin dès 2013.

Nous travaillons en étroite collaboration avec eux, pour vous fournir des informations de haute qualité. 

Vous découvrirez comment :

  • Tirer le meilleur parti des opportunités actuelles.
  • Repérer les entreprises qui doublent ou triplent de valeur.
  • Surfer sur les tendances de fond.
  • Adopter des stratégies gagnantes, validées par la recherche économique et les plus grands investisseurs du monde.

Et le meilleur ?

Les Investisseurs est une lettre entièrement gratuite qui a pour but de faire de vous un meilleur investisseur et une personne plus riche.

Lucas Marchand

Les Investisseurs

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Copyright © Tous droits réservés.
RSS
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram