Juste Milieu

L’actualité… les mensonges en moins

VBN

Le point hebdomadaire des marchés avec Thomas Veillet – 20/09

inflation CPI

Crédits photo : Shutterstock

Spécialiste reconnu du monde de la finance, vulgarisateur hors pair, Thomas Veillet décrypte pour vous l’actualité financière chaque semaine sur Juste Milieu.
Envie de publier vos articles sur Juste Milieu ? Écrivez-moi à remy@juste-milieu.fr !

Le CPI ne lâche rien 

Comme vous le savez, mardi dernier on attendait les chiffres de l’inflation. Mais il y avait tout d’abord l’Allemagne, mardi matin. On ne va pas dire que c’était génial, mais comme c’était plus ou moins dans les attentes, on va dire que l’on était plutôt contents du résultat. Restait donc plus qu’à attendre le chiffre américain qui était censé nous confirmer paix et bonheur et nous démontrer que les hausses de taux massives de la FED avaient fait leur job et que l’inflation commençait à se soumettre au regard de braise de Jerome Powell.

Sauf qu’en fait non…  

Non seulement l’inflation ne se soumet pas du tout, mais en plus, elle donne presque l’impression de se rebeller et de ne pas se laisser faire. Pour être franc avec vous, je ne sais pas si un jour elle va accepter de faire ce qu’on lui dit. Là tout de suite, on a un peu l’impression qu’on est en train d’essayer de dompter un tigre du Bengale avec un steak de boulgour. La seule solution pour le dompter, étant de parvenir à le convaincre qu’être végan, c’est bien. On ne va pas se mentir, les chiffres du CPI américain de mardi dernier n’étaient pas terribles. Ils démontrent que tout augmente, sauf l’essence. Et encore, tout est relatif, si l’on regarde le prix de l’essence il y a 12 mois, faudra pas me dire que le pétrole est moins cher. Mais bon, on ne va pas gâcher la fête avec la seule bonne nouvelle de la semaine. Donc l’essence baisse. En revanche, le reste c’est plutôt l’inverse.

Tout s’oublie et tout augmente

Le CPI a donc augmenté de 0,1 % en août et comme les économistes s’attendaient à un chiffre plus proche des 8 %, la déception était grande. En tout début de semaine, on avait fait des prévisions de CPI jusqu’à Noël et là, dès le premier chiffre, on se plante complètement dans nos prévisions. Autant dire que ça fout complètement en l’air le plan qui devait se dérouler sans accroc. On ne va donc pas se mentir, sans fouiller dans les détails et sans chercher la petite bête, les données publiées hier étaient tout simplement immondes, démontrant que les mesures prises par la FED ne faisaient pas encore « VRAIMENT » leur effet et poussant certains à se demander même si le PIC d’inflation avait réellement été fait ces derniers mois ou pas. Imaginez une seconde que le pétrole remonte à 125 $ au mois d’octobre. Que se passerait-il à votre avis ?

En tous les cas, aux USA, c’est la catastrophe. Rien qu’à l’idée que tout augmente et que l’inflation ne baisse pas vraiment, les marchés ont donc décidé de se péter violemment la figure. Histoire d’avoir au moins un truc qui est moins cher cette semaine, par rapport à la semaine dernière.

Les économistes qui ont encore un job à Wall Street pensent que la FED va monter les taux de 0.75 % cette semaine et il y a même un petit groupe d’irréductibles emmenés par la Banque Nomura, qui pensent que les taux vont monter de 100 BP. Chose qui n’est plus arrivée depuis les années 80. 

Ce n’est pas beau, ce n’est pas beau

Alors il est vrai que lorsque l’on tire un bête graphique du S&P500 et que l’on essaie de relier les points hauts et les points bas, pas besoin d’être le Président du fan club de Ralph Acampora pour se rendre compte que la tendance baissière est toujours là et qu’il n’y a pas de raison de se précipiter pour vouloir acheter au plus bas. Le problème c’est aussi qu’à l’intérieur même des indices, il se passe des choses qui ne sentent pas bon du tout.

Par exemple, vendredi dernier, nous avons eu le « profit warning » de FedEx. Alors vous pourriez me dire que FedEx, on s’en fout et que ce n’est pas Apple ou Microsoft qui ont annoncé un trimestre tout pourri à venir. Mais il faut tout de même noter qu’il fût un temps, lorsqu’une société qui avait pour job de faire de l’expédition de paquets au travers de la planète signalait que « ça allait mal », c’était en général l’occasion que nous prenions pour amener le mot « récession » sur la table des négociations et se dire que si FedEx ne va pas, tout ce qui tourne autour de l’expédition des paquets, de l’emballage au e-commerce, pourraient être dans une panade pas triste également.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter gratuite Les Investisseurs

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter gratuite Les Investisseurs

Recevez l’hebdo de Thomas Veillet directement dans votre boîte mail !

Mais pas seulement ! Vous récoltez aussi plusieurs fois par semaine, les meilleures informations sur l’investissement, la bourse et la finance personnelle. 

Si vous vous demandez sur quoi investir votre argent, quelles actions acheter ou encore comment savoir quand acheter en bourse, alors vous êtes au bon endroit.

En bonus, vous recevrez gratuitement 10 règles incontournables en bourse + 9 autres dossiers bonus dans votre boîte mail

La vitrine n’est pas belle

En résumé, vendredi soir la vitrine de la boutique de Wall Street n’était pas belle, mais l’arrière-boutique était carrément immonde. Tout est en train de lâcher et le moindre chiffre économique qui sort – qu’il soit bon ou mauvais – fait peur à tout le monde. Oui, car si c’est bon, ça veut dire que l’économie cartonne et qu’il faut lui jeter un seau d’eau glacée pour la calmer. La FED va donc monter les taux. Et si les chiffres sont mauvais, on se dit que l’on va entrer en récession et que comme la FED s’en fout, ça va être compliqué.

Nouvelle semaine à risque 

Les supports sont en train de lâcher de façon plus qu’évidente, le niveau des 3 900 est LE NIVEAU qui aura vu le plus de volume se traiter ces 3 dernières années – indiquant assez clairement que sa rupture dans un sens ou dans l’autre signifie clairement quelque chose ! Les données économiques montrent que l’inflation reste un problème et que la FED va devoir mettre les bouchées doubles tout en réaffirmant qu’avant de pouvoir rigoler, on va souffrir d’abord. Bien que Powell ne dira jamais que nous nous dirigeons vers une récession, on n’est pas complètement idiot et on sent bien que c’est la prochaine gare. Il y a aussi tout le reste qui semble continuer à partir en cacahuètes, guerre, chaînes d’approvisionnement problématiques, prix du gaz et de l’électricité qui explosent à l’aube de l’hiver.

La FED, la FED et la FED…

Que l’on soit bien d’accord, la seule chose qui nous intéressera cette semaine, ça sera forcément le FOMC Meeting qui commencera mardi et qui finira mercredi. Visiblement, il est plutôt certain que les taux vont continuer à monter et que Powell va continuer à nous prévenir que l’on va souffrir. 

Ces 7 derniers jours, quelques experts de Wall Street qui sont habitués à suivre les mouvements de la FED et à donner leurs avis dessus, ne se sont pas privés de le faire. Voici leurs opinions :

1. Stanley Druckenmiller : « Maintenant, ils sont comme des fumeurs repentis », a déclaré Druckenmiller. « Ils sont passés de l’impression d’un tas d’argent, comme la conduite d’une Porsche à 200 miles à l’heure, a non seulement retirer le pied de l’accélérateur, mais en plus, sauter violemment sur les freins », a-t-il dit.

2. Barry Sternlicht : « Si la Fed continue comme ça, ils vont avoir une grave récession et les gens vont perdre leur emploi », a déclaré l’investisseur immobilier milliardaire Sternlicht.

La Fed « attaque l’économie avec un marteau de forgeron [alors qu’elle] n’en a pas besoin », a déclaré le patron de Starwood Capital Group.

3. Nassim Taleb : « Nous avons eu 15 ans, 14 ans et demi de Disneyland qui a fondamentalement détruit la structure économique. Pensez-y : Aucun taux d’intérêt », a déclaré Taleb, auteur de « Le cygne noir ».

« À des taux d’intérêt nuls… pendant de longues périodes, vous faites du mal à l’économie. Vous créez des bulles, des tumeurs comme le bitcoin, des fonds spéculatifs qui ne devraient pas exister, mais qui existent depuis 15 ans. »

4. David Rosenberg : « Je ferais une pause en ce moment et j’évaluerais le resserrement qui a déjà été mis en place dans le système », a déclaré l’économiste en chef de Rosenberg Research. « Nous parlons sans cesse d’inflation, mais l’économie est à plat en ce moment ».

Cette semaine il faudra surveiller : 

Décision de la Fed

Les chiffres plus élevés que prévu de l’inflation américaine pour le mois d’août ont renforcé les attentes d’une nouvelle hausse des taux de la Fed à l’issue de sa réunion de mercredi. Les marchés ont prévu une hausse des taux de 75 points de base, mais certains investisseurs se préparent à une hausse d’un point de pourcentage complet, ce qui était impensable il y a peu de temps encore.

Banque d’Angleterre

La BoE se réunit jeudi après que la réunion de la semaine dernière ait été retardée d’une semaine pour les funérailles de la reine Elizabeth II. Les responsables politiques devraient relever les taux de 50 points de base supplémentaires, ce qui porterait le taux d’escompte à 2,25 %, bien qu’une hausse de 75 points de base soit toujours envisagée.

Données PMI

Le premier aperçu de l’activité économique européenne en septembre sera donné vendredi avec la publication des indices PMI de la zone euro et du Royaume-Uni.

L’indice PMI de la zone euro a déjà passé deux mois sous le seuil de 50 qui sépare la contraction de l’expansion, signe que le bloc pourrait entrer en récession plus tôt que prévu, en raison du choc énergétique et du resserrement de la politique monétaire.

Investir en bourse avec les investisseurs internationaux

Qui sont Les Investisseurs ?

Les Investisseurs est une entreprise spécialisée dans l’investissement boursier, qui édite une publication unique en son genre dédiée à aider les débutants grâce à des informations claires et précises sur l’investissement en bourse.

Imaginez avoir accès aux méthodes et techniques utilisées pas les meilleurs investisseurs du monde, comme Thomas Veillet un des trader les plus réputés sur la place financière Suisse ou encore Philippe Herlin, le premier économiste français à avoir cru au potentiel du bitcoin dès 2013.

Nous travaillons en étroite collaboration avec eux, pour vous fournir des informations de haute qualité. 

Vous découvrirez comment :

  • Tirer le meilleur parti des opportunités actuelles.
  • Repérer les entreprises qui doublent ou triplent de valeur.
  • Surfer sur les tendances de fond.
  • Adopter des stratégies gagnantes, validées par la recherche économique et les plus grands investisseurs du monde.

Et le meilleur ?

Les Investisseurs est une lettre entièrement gratuite qui a pour but de faire de vous un meilleur investisseur et une personne plus riche.

Lucas Marchand

Les Investisseurs

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Copyright © Tous droits réservés. | Newsphere by AF themes.
RSS
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x