Juste Milieu

L’actualité… les mensonges en moins

argile

Le point hebdomadaire des marchés avec Thomas Veillet – 05/12

banque centrale

Crédits photo : Shutterstock

Spécialiste reconnu du monde de la finance, vulgarisateur hors pair, Thomas Veillet décrypte pour vous l’actualité financière chaque semaine sur Juste Milieu.
Envie de publier vos articles sur Juste Milieu ? Écrivez-moi à remy@juste-milieu.fr !

Un Powell qui devient (presque) DOVISH, une économie qui refuse de lâcher prise : le Bear Market serait-il terminé ?

Lorsque l’on regarde la performance des marchés pour cette première semaine de décembre, on serait presque tenté de dire qu’il ne s’est rien passé. Pourtant, c’est tout le contraire. Entre la Chine qui nous aura fait circuler toutes sortes de rumeurs entre espoir et désespoir, puis Powell qui change son fusil d’épaule (ou presque) – et les chiffres de l’emploi qui démontrent que l’économie se porte comme un charme, on peut se dire que l’on n’a pas chômé. 

Pourtant, entre vous et moi, il faut clairement reconnaître que l’on n’est pas plus avancé qu’avant. Les questions sont toujours les mêmes : La récession va-t-elle nous tomber dessus, les multiples hausses de taux vont-elles s’arrêter bientôt et le Bear Market est-il terminé ?

Mais reprenons déjà les choses dans l’ordre… 

Tout d’abord il y a eu la Chine. Toutes les rumeurs sont sur la table, d’un côté on nous dit que c’est la révolution, ensuite le gouvernement nous lance un stimulus économique, décide d’envisager éventuellement peut-être de relâcher la pression au niveau des confinements, puis les chiffres économiques chinois démontre que l’économie continue de se contracter et pour conclure, Xi Jinping déclare que le variant Omicron n’est pas si mortel que ça, après tout.

Mais passons le sujet de la Chine puisque personne ne comprend rien et revenons au sujet de la FED. Mercredi, le patron de la FED devait délivrer un discours que l’on supposait être la dernière indication de sa position pour le prochain FOMC Meeting. Soit il maintenait sa position en faveur d’une hausse de taux forte et brutale, soit il montrait un peu plus de douceur et tout pouvait changer.

Mercredi dernier,  Jerome Powell a enfilé son costume rouge, son faux ventre et sa barbe blanche et il est venu livrer les cadeaux de Noël à Wall Street. Après nous avoir pourri l’année avec des commentaires « hawkishs » et des menaces répétées sur la hausse des taux, le patron de la FED s’est donc radouci et pendant un instant, on a commencé à se dire qu’il pourrait même redevenir notre ami.

Vous avez bien noté ? – Moins monter !

Il n’a pas dit que les taux n’allaient PLUS MONTER ou même que les TAUX ALLAIENT BAISSER, NON ! Il a juste dit qu’il se pourrait que le moment soit venu de commencer peut-être à MOINS MONTER les taux. En résumé, il n’a rien confirmé, mais nous, les investisseurs-anticipateurs-visionnaires, nous avons déjà enregistré les mots de Powell comme étant une certitude que le 14 décembre au soir, la FED ne monterait les taux « plus que de 50 basis points ».

Ce que l’on a MOINS regardé hier, c’est la suite du discours.

« Il est probable que le rétablissement de la stabilité des prix nécessitera de maintenir la politique à un niveau restrictif pendant un certain temps. L’histoire met fortement en garde contre un assouplissement prématuré de la politique. Nous maintiendrons le cap jusqu’à ce que le travail soit fait. »

Ce qu’il faut donc retenir des déclarations de Powell c’est que la FED va moins monter les taux, mais que la politique de la banque centrale américaine va rester restrictive – comprenez qu’ils ne vont pas les baisser de sitôt – et qu’on ne parlera pas de baisse tant que l’inflation ne sera pas définitivement rentrée à la niche. Mais on s’en fout parce que nous, on a juste entendu : “montera moins les taux”.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter gratuite Les Investisseurs

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter gratuite Les Investisseurs

Recevez l’hebdo de Thomas Veillet directement dans votre boîte mail !

Mais pas seulement ! Vous récoltez aussi plusieurs fois par semaine, les meilleures informations sur l’investissement, la bourse et la finance personnelle. 

Si vous vous demandez sur quoi investir votre argent, quelles actions acheter ou encore comment savoir quand acheter en bourse, alors vous êtes au bon endroit.

En bonus, vous recevrez gratuitement 6 actions anti-crise dans votre boîte mail

Les chiffres de l’emploi pour rassurer

Et puis vendredi dernier, les chiffres de l’emploi sont sortis et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont rassuré et nous ont permis de passer un week-end reposant en attendant la suite du mois de décembre. La croissance de l’emploi a été bien meilleure que prévu en novembre, malgré les efforts agressifs de la Réserve fédérale pour ralentir le marché du travail et lutter contre l’inflation.

Le nombre d’emplois a augmenté de 263 000 au cours du mois, tandis que le taux de chômage s’est établi à 3,7 %, selon le département du travail vendredi. Les économistes s’attendaient à une augmentation de 200 000 emplois et à un taux de chômage de 3,7 %.

La semaine à venir

Données américaines

Les États-Unis publieront vendredi les données de l’indice des prix à la production de novembre. Le chiffre principal devrait augmenter de 7,2 % en glissement annuel, soit un léger ralentissement après une hausse de 8 % le mois précédent. Le PPI de base, qui exclut les coûts de l’alimentation et de l’énergie, devrait également ralentir.

Décisions des banques centrales

Les marchés s’attendent à ce que la Reserve Bank of Australia maintienne le taux d’escompte à 2,85 % lors de sa prochaine réunion mardi, après que l’inflation ait fortement ralenti en octobre, mais les économistes prévoient une autre augmentation d’un quart de point de base avant que les responsables politiques n’interrompent le cycle actuel de hausse des taux.

Entre-temps, les marchés et les économistes sont divisés sur la question de savoir si la Banque du Canada augmentera ses taux de 25 ou 50 points de base lors de sa réunion de mercredi.

Zone euro

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, doit faire deux apparitions cette semaine avant le début de la période d’interdiction de la BCE avant sa dernière réunion politique de l’année le 15 décembre.

Les marchés penchent pour une augmentation de 50 points de base des taux lors de la prochaine réunion de la BCE après que les données de la semaine dernière aient montré que l’inflation de la zone euro a diminué bien plus que prévu en novembre.

Investir en bourse avec les investisseurs internationaux

Qui sont Les Investisseurs ?

Les Investisseurs est une entreprise spécialisée dans l’investissement boursier, qui édite une publication unique en son genre dédiée à aider les débutants grâce à des informations claires et précises sur l’investissement en bourse.

Imaginez avoir accès aux méthodes et techniques utilisées pas les meilleurs investisseurs du monde, comme Thomas Veillet un des trader les plus réputés sur la place financière Suisse ou encore Philippe Herlin, le premier économiste français à avoir cru au potentiel du bitcoin dès 2013.

Nous travaillons en étroite collaboration avec eux, pour vous fournir des informations de haute qualité. 

Vous découvrirez comment :

  • Tirer le meilleur parti des opportunités actuelles.
  • Repérer les entreprises qui doublent ou triplent de valeur.
  • Surfer sur les tendances de fond.
  • Adopter des stratégies gagnantes, validées par la recherche économique et les plus grands investisseurs du monde.

Et le meilleur ?

Les Investisseurs est une lettre entièrement gratuite qui a pour but de faire de vous un meilleur investisseur et une personne plus riche.

Lucas Marchand

Les Investisseurs

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Copyright © Tous droits réservés.
RSS
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram