Juste Milieu

L’actualité… les mensonges en moins

la juste boutique

Conservatoire de Paris : un enseignant accusé d’agressions sexuelles sur mineurs

Le violoncelliste Jérôme Pernoo est accusé d’agression sexuelle sur mineur. Une plainte avait déjà été déposée à son encontre pour des faits similaires.
Jérôme Pernoo

Crédits photo : PHOTOPQR/LA NOUVELLE REPUBLIQUE

C’est une affaire de plus dans la trop longue liste des failles de notre système. 

Le violoncelliste français Jérôme Pernoo a été accusé une première fois d’agression sexuelle sur un de ses élèves.

Et, tandis qu’un deuxième élève l’accuse de faits similaires…

le principal intéressé a écrit une lettre pour s’expliquer.

Des accusations “très éloignées de la réalité

Le nom de Jérôme Pernoo n’est pas inconnu dans le monde de la musique classique. 

Violoncelliste émérite, il a joué dans plusieurs orchestres nationaux et internationaux et a foulé les plus grandes scènes d’Europe. 

Depuis 2005, il est professeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse (CNSMD) de Paris. 

C’est dans ce cadre qu’il a été accusé, une première fois, d’agressions sexuelles sur mineurs. 

Trois victimes s’étaient réunies en décembre 2022 pour dénoncer ces gestes.

Une nouvelle victime se manifeste

Et tandis que le principal intéressé attend son jugement, une nouvelle victime vient de se déclarer : Bruno Philippe

Ancien élève de Pernoo, il évoque des “agissements répréhensibles, similaires aux autres plaignants”, comme le révèle un article de Radio France du 16 mars 2023

Face à ces accusations, le principal intéressé a tenu à répondre en adressant une lettre à ses proches. 

Dans cette lettre, il évoque “des prises de bec entre prof et élève pour des questions d’ordre purement technique”.

Des propos bien loin de ce qui lui est reproché

Mais ce n’est pas tout.

Il accuse également les médias d’étaler des faits “souvent très éloignés de la réalité”, comme l’affirme un article de France Info du 16 mars

Affaire à suivre.

3.8 8 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
ercheus@gmail.com
ercheus@gmail.com
1 année il y a

Un de plus. Il n’y a qu’une solution pour ces mecs-là e( si c’est avéré, elle devrait à mon sens être définitive, car on ne touche pas aux enfants.

Dernière modification le 1 année il y a par ercheus@gmail.com
Inoxydable
Inoxydable
1 année il y a

Il n’y a plus que des histoires de « Péd.. euh pédopornographie » dans ce monde du spectacle.
Et après ça crache sur les Curés…

Djidji
Djidji
1 année il y a
Répondre à  Inoxydable

tu oublies la drogue, l’alcoolisme…
Mais pas de comparaison avec la pédophilie ! :-(((
les enfants ne pourront jamais oublier ce traumatisme !

FLEURA
FLEURA
1 année il y a

Et une crevure de plus !!!!

Cabrier
Cabrier
1 année il y a

Vous donnez de plus en plus dans les informations de caniveau. Dommage.

Chonlanmé
Chonlanmé
1 année il y a
Répondre à  Cabrier

C’est dans les caniveaux que bien souvent les cantonniers que nous sommes ramassent ce qui tombe de la vérité que certains veulent envoyer à l’égout

Djidji
Djidji
1 année il y a

Le violocelliste n’ira pas au…
violon !?
Ne pas confondre avec Gérard…
L’Archet

Luce
Luce
1 année il y a

Juste Milieu qui fait toujours honneur à sa position de transparence et d’intégrité dans le relais de l’information gagnerait à se pencher davantage sur ce dossier qui court depuis près de deux ans. « Une affaire de plus dans la trop longue liste des failles de notre système » peut en effet en cacher une autre – celle que Juste Milieu  s’attache précisément à mettre en lumière. Lorsque deux organes de presse aussi différents que Marianne et Le Point relèvent, l’un comme l’autre, un défaut de transparence gravement préjudiciable sur une même affaire dès ses débuts (en 2021) tandis que le reste de la presse se contente de relayer le message sans enquêter davantage, cela devrait éveiller la vigilance – surtout lorsqu’à l’origine de l’affaire, on trouve le Groupe Egaé de Caroline De Haas dont Juste Milieu a déjà su épingler les procédés quelque peu particuliers. Par ailleurs, l’article cité de Radio France du 16 mars 2023 relaie, quant à lui, l’information « Le violoncelliste avait été placé début décembre en garde à vue à la Brigade de protection des mineurs », révélée par un journaliste du Parisien dont on trouvera les « faits d’armes » dans l’article suivant https://www.ojim.fr/portraits/jean-michel-decugis/ – information erronée qui a fait l’objet d’une plainte auprès du Tribunal Judiciaire de Paris qui en a accusé réception. Affaire à suivre donc, effectivement, et, on l’espère, à éclaircir si Juste Milieu poursuit l’excellence de son travail.

pascal
pascal
1 année il y a

il revient aux parents de se préoccuper à qui ils confient leurs enfants et de regler les différents selon les usages anciens…..un poing c’est tout (et ce n’est pas une faute d’orthographe)

Luce
Luce
1 année il y a

Juste Milieu qui fait toujours honneur à sa position de transparence et d’intégrité dans le relais de l’information gagnerait à se pencher davantage sur ce dossier qui court depuis près de deux ans. « Une affaire de plus dans la trop longue liste des failles de notre système » peut en effet en cacher une autre – celle que Juste Milieu  s’attache précisément à mettre en lumière. Lorsque deux organes de presse aussi différents que Marianne et Le Point relèvent, l’un comme l’autre, un défaut de transparence gravement préjudiciable sur une même affaire dès ses débuts (en 2021) tandis que le reste de la presse se contente de relayer le message sans enquêter davantage, cela devrait éveiller la vigilance – surtout lorsqu’à l’origine de l’affaire, on trouve le Groupe Egaé de Caroline De Haas dont Juste Milieu a déjà su épingler les procédés quelque peu particuliers. Par ailleurs, l’article cité de Radio France du 16 mars 2023 relaie, quant à lui, l’information « Le violoncelliste avait été placé début décembre en garde à vue à la Brigade de protection des mineurs », révélée par un journaliste du Parisien dont on trouvera les « faits d’armes » dans l’article suivant https://www.ojim.fr/portraits/jean-michel-decugis/ – information erronée qui a fait l’objet d’une plainte auprès du Tribunal Judiciaire de Paris qui en a accusé réception. Affaire à suivre donc, effectivement, et, on l’espère, à éclaircir si Juste Milieu poursuit l’excellence de son travail.

Copyright © Tous droits réservés.
RSS
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram