Juste Milieu

L’actualité… les mensonges en moins

Le point hebdomadaire des marchés avec Thomas Veillet – 18/07

Billet Hebdo

Crédits photo : Shutterstock

Spécialiste reconnu du monde de la finance, vulgarisateur hors pair, Thomas Veillet décrypte pour vous l’actualité financière chaque semaine sur Juste Milieu.

Envie de publier vos articles sur Juste Milieu ? Écrivez-moi à remy@juste-milieu.fr !

La semaine de l’inflation

On peut être surpris que les chiffres de l’inflation soient encore si forts alors que le pétrole a perdu plus de 30 % depuis la mi-juin. Et que le reste, comme le blé ou le cuivre, s’est également effondré ces dernières semaines. Il faut cependant bien comprendre que les chiffres du CPI sont calculés sur les données passées et que les choses ont commencé à se calmer en fin de mois, ce qui fait que (PEUT-ÊTRE), tout n’est pas encore intégré dans les chiffres actuels. Mais cela devrait être chose faite dès le mois prochain. Reste à l’espérer. 

En dehors de ces facteurs, il existe deux raisons claires pour lesquelles les investisseurs devraient s’attendre à une amélioration de la situation de l’inflation à court terme et au-delà. 

Premièrement, les salaires n’ont pas connu la « spirale haussière » que beaucoup craignaient. L’inflation salariale fait partie des types d’inflation les plus difficiles à maîtriser, mais elle n’est pas hors de contrôle dans ce cas. 

Deuxièmement, Krugman affirme qu’il est tout simplement trop tôt pour voir les effets des hausses de taux de la Fed sur l’inflation, et que personne n’aurait dû s’attendre à un quelconque impact dans les trois mois qui ont suivi le début du cycle de hausse des taux de la banque centrale.

€1 = $1.

Avec une guerre aux frontières de la zone euro, un approvisionnement énergétique incertain de la part de la Russie et un risque croissant de récession, les pressions qui pèsent sur l’euro sont finalement devenues si fortes que, la semaine dernière, il est brièvement passé sous la parité avec le dollar américain.

C’est un truc inédit. Du jamais vu depuis décembre 2002, au début de l’existence de la monnaie. Le chiffre rond, esthétiquement plaisant, est devenu un point de mire pour les investisseurs.

Plus remarquable encore que le franchissement de ce niveau, la rapidité avec laquelle l’euro a chuté par rapport au dollar. La monnaie, partagée par 19 pays européens, a chuté de plus de 11 % cette année, la force du dollar étant presque inégalée.

L’euro a été introduit en 1999 après des décennies de discussions et de planification, dans l’intention d’apporter unité, prospérité et stabilité au continent. Après deux guerres majeures au cours de la première moitié du XXe siècle, l’argument en faveur de l’euro et du projet européen au sens large était que des institutions communes réduiraient le risque de guerre et de crise et fourniraient des arènes diplomatiques pour la résolution des conflits. L’euro était un symbole essentiel de cette unité.

Mais comme toutes les monnaies, l’euro n’a de force que si les gens y croient. 

Et ces derniers mois, alors que la guerre mettait en péril la stabilité politique et financière de l’Europe, un grand nombre de facteurs se sont accumulés contre l’euro et en faveur du dollar américain, qui s’est réaffirmé comme un refuge en période de bouleversements économiques.

Au niveau mondial, les chaînes d’approvisionnement ont été perturbées par la pandémie et la guerre en Ukraine. Depuis l’invasion de la Russie en février, les prix des produits de base essentiels, notamment le pétrole, le gaz naturel, le blé et les engrais, ont grimpé en flèche, entraînant une hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie dans le monde entier. Cela a conduit aux taux d’inflation les plus élevés depuis des décennies.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter gratuite Les Investisseurs

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter gratuite Les Investisseurs

Recevez l’hebdo de Thomas Veillet directement dans votre boîte mail !

Mais pas seulement ! Vous récoltez aussi plusieurs fois par semaine, les meilleures informations sur l’investissement, la bourse et la finance personnelle. 

Si vous vous demandez sur quoi investir votre argent, quelles actions acheter ou encore comment savoir quand acheter en bourse, alors vous êtes au bon endroit.

Indiquez votre email ici pour vous inscrire gratuitement. 

En bonus, vous recevrez gratuitement 10 règles incontournables en bourse + 9 autres dossiers bonus dans votre boîte mail

Voici ce que vous devez savoir pour les 5 prochains jours 

1 – Les publications des résultats

Bank of America Corp et Goldman Sachs Group Inc publieront leurs résultats lundi matin, complétant ainsi la liste des principales banques centrales. Après que JP Morgan a été très prudent et que, de l’autre côté, Citigroup a ravivé l’optimisme du marché.

Johnson & Johnson et Novartis publient leurs résultats mardi, les deux sociétés de santé ayant surperformé le marché depuis le début de l’année. Abbott Labs publie ses résultats mercredi, bien qu’elle ait connu des difficultés en partie à cause de son rôle dans la pénurie de lait maternisé aux États-Unis. Roche Holding AG publie ses résultats jeudi avant l’ouverture des marchés aux États-Unis.

AT&T publiera jeudi et Verizon suivra vendredi, les télécoms ayant fait office de valeur refuge jusqu’à présent cette année.

Philip Morris International (jeudi), Union Pacific (jeudi), American Express (vendredi) et Schlumberger (vendredi) doivent également publier leurs résultats.

Les éléments évidents à surveiller sont la façon dont les entreprises font face à l’inflation, si elles constatent un ralentissement de l’activité économique, et si ce trimestre verra des efforts « d’éviction » pour prendre certaines charges ou pertes, ou simplement pour réduire les attentes étant donné la méfiance générale du marché.

Les attentes ont déjà été revues à la baisse pour de nombreuses grandes entreprises technologiques qui publient leurs résultats cette semaine, et les questions des investisseurs seront davantage axées sur la question de savoir si le pire est passé. Netflix, qui publiera ses résultats mardi après les heures de marché, illustre bien ce défi, car le géant du streaming a vu ses actions chuter de près de 70 % depuis le début de l’année.

Tesla sortira son rapport mercredi et sera examiné de près après une rare baisse des livraisons en glissement trimestriel. La publication d’ASML mercredi ajoutera le dernier point de données clé pour savoir si le secteur des semi-conducteurs commence à ralentir.

2 – Réunion de la BCE

La Banque centrale européenne se réunit jeudi, dans une réunion qui devrait voir la banque augmenter ses taux pour la première fois en une décennie. 

3 – CPI, emploi et débat du Premier ministre au Royaume-Uni

Un rapport du CPI est également attendu au Royaume-Uni mercredi, et les données sur l’emploi seront publiées mardi. 

Ces deux publications de données interviennent après les débats télévisés des principaux candidats au remplacement de Boris Johnson à la tête du parti conservateur et au poste de premier ministre du Royaume-Uni. Bien que la démission de Johnson ne soit pas directement liée au climat économique, il ne fait aucun doute que la lutte contre l’inflation sera une tâche prioritaire pour le nouveau premier ministre.

4 – Où en est le pétrole 

Le président américain Joe Biden s’étant rendu en Arabie Saoudite la semaine dernière et ayant rencontré le prince héritier Mohamed Bin Salman malgré les préoccupations relatives aux droits de l’homme découlant du meurtre en 2018 du journaliste et dissident Jamal Khashoggi, l’orientation du pétrole revient sur le devant de la scène. Reste à savoir si Biden a tiré des gains immédiats de sa visite politiquement risquée. Le prix du pétrole brut a chuté de plus de 20 % au cours des cinq dernières semaines, ce qui coïncide avec l’intervention de M. Biden.

Le prix du pétrole est un véritable dilemme pour le président, les banques centrales et l’économie en général. Une baisse soutenue du prix du pétrole et, par conséquent, des prix de l’essence, réduirait considérablement la pression inflationniste, mais pourrait également signaler l’arrivée d’une récession, ce qui entraînerait ses propres défis économiques et politiques.

Passez tout de même une bonne semaine et on se revoit lundi prochain, ici-même !

Investir en bourse avec les investisseurs internationaux

Qui sont Les Investisseurs ?

Les Investisseurs est une entreprise spécialisée dans l’investissement boursier, qui édite une publication unique en son genre dédiée à aider les débutants grâce à des informations claires et précises sur l’investissement en bourse.

Imaginez avoir accès aux méthodes et techniques utilisées pas les meilleurs investisseurs du monde, comme Thomas Veillet un des trader les plus réputés sur la place financière Suisse ou encore Philippe Herlin, le premier économiste français à avoir cru au potentiel du bitcoin dès 2013.

Nous travaillons en étroite collaboration avec eux, pour vous fournir des informations de haute qualité. 

Vous découvrirez comment :

  • Tirer le meilleur parti des opportunités actuelles.
  • Repérer les entreprises qui doublent ou triplent de valeur.
  • Surfer sur les tendances de fond.
  • Adopter des stratégies gagnantes, validées par la recherche économique et les plus grands investisseurs du monde.

Et le meilleur ?

Les Investisseurs est une lettre entièrement gratuite qui a pour but de faire de vous un meilleur investisseur et une personne plus riche.

Lucas Marchand

Les Investisseurs

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Copyright © Tous droits réservés. | Newsphere by AF themes.
RSS
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x