Juste Milieu

L’actualité… les mensonges en moins

Greffes et Covid : 48 000 années de vie perdues !

Tout le monde parle du coronavirus mais les autres maladies continuent d’exister. Et leurs dégâts silencieux s’aggravent jour après jour...

Crédits photo : Getty Images

C’est un chiffre qui fait froid dans le dos

Dans son édition du 1er septembre 2021, un article du Monde nous met face à une réalité trop peu évoquée depuis le début de la crise sanitaire.

Tout part d’une étude publiée le 31 août dernier dans The Lancet Public Health, étude coordonnée par le professeur Alexandre Loupy, directeur du Centre de recherche translationnelle pour la transplantation d’organes de Paris, Inserm.

Cette étude s’est penchée sur l’activité de transplantation d’organes dans 22 pays à travers le monde.

16 pays sont situés en Europe, 2 en Amérique du Nord, 3 en Amérique du Sud et on retrouve aussi le Japon, pour avoir un panorama le plus complet possible.

À noter que cet ensemble de pays représente 62 % de l’activité mondiale de transplantation.

Et le constat est sans appel…

Une activité en berne, des conséquences redoutables

L’activité de transplantation d’organes a chuté de près de 16 % en 2020 (et même 31 % durant la première vague) […]”.

Le premier constat de cette étude est clair, net et précis.

Et les conséquences de cette baisse d’activité sont implacables.

“[…] occasionnant plus de 48 000 années de vie perdues.”

Afin d’obtenir une évaluation de cet impact de la pandémie, les chercheurs ont comparé le nombre de greffes d’organes (rein, cœur, poumon, foie) entre 2020 et 2019.

Au-delà de cette donnée qui peut sembler abstraite, il faut prendre conscience des cas individuels de toutes ces personnes, à travers le monde, à qui on a expliqué, entre autres, qu’une intervention était rendue impossible dans l’immédiat, Covid oblige.

La France réalise l’un des pires bilans

Pour perdre notre toute dernière lueur d’espoir, penchons-nous sur le bilan de la France dans cette étude…

En France, l’activité de greffe a connu une des baisses les plus importantes (- 90 %) pendant les premières semaines de la pandémie et ce, même dans les régions initialement peu touchées par le virus SARS-CoV-2.

De toute évidence, ce constat met en lumière une cruelle réalité.

Alors que le coronavirus capte l’attention de tout le monde…

Alors que nos médias ne parlent bientôt plus que de cela…

D’autres maladies continuent d’exister et, de toute évidence, les dégâts silencieux qu’elles engendrent se feront entendre tôt ou tard.

4.9 9 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mixukulo
Mixukulo
2 mois il y a

Jusqu’où peuvent remonter les responsabilités ?

Lady Slyke
Lady Slyke
2 mois il y a

Ouaip ! Et même que c’était pas prévu comme motif de dérogation au confinement, le don d’organes. Faire pisser Nemo oui mais pas plus.

GOUGET Patricia
GOUGET Patricia
2 mois il y a

Bonjour Rémy, et merci pour cette révélation,
En tant que greffée, je ne peux que m’insurger, une fois de plus . Ce virus prend tellement de place, qu’en effet, rien d’autre n’est plus important….. quelle importance ont tous ces milliers de morts du cancer, d’avc, d’accidents de la route, de maladies autres que ce virus, quelle importance ont toutes ces personnes qui attendent une greffe pour pouvoir vivre, quelle importance ont ces irresponsables qui ne veulent pas se faire inoculer un produit dont on ne connait pas les effets indésirables à moyen et long terme……l’important bien sûr c’est que les labos raflent des sommes astronomiques sans avoir à prouver que leur produit n’est nullement dangereux et ce, à moyen ou long terme. Toutes les personnes qui mènent la danse actuellement ne savent pas ce que c’est qu’attendre un organe pour vivre…. je suis greffée, et je ne remercierai jamais assez tous les donneurs anonymes qui nous sauvent la vie…. j’ai grâce à eux pu gagner 30 ans de vie, et je ne la gacherai pas au nom d’une science qui dérive au point d’en oublier les vrais patients qui meurent chaque année d’autres causes qui ne rapportent pas autant d’argent que cette  » crise qui est tout sauf sanitaire « ………

hadoken ryu
hadoken ryu
2 mois il y a

Et oui, ils vont te dire que c’est bien pour cela qu’il faut se dépêcher de se vacciner pour éradiquer le virus, protéger les autres, sauver des vies, vivre normalement etc … etc … et mon cul sur la commode.

j’en peux plus camarade, de cette auto-soumission volontaire, je crois que je vais descendre en faire une d’hécatombe.

Cbastien
Cbastien
2 mois il y a

Et malgré cela le gouvernement français se permet de conditionner l’accès dans les hôpitaux sur rendez vous à un pass sanitaire.
Le conditionnement médiatique et politique a rendu le secret médical obsolète pour le covid, mais qu’en sera t il demain ?

GOUGET Patricia
GOUGET Patricia
2 mois il y a

J’avais dit une bêtise?

farjon thierry
farjon thierry
2 mois il y a

Sa fait partie du grand plan de Bill Gates; Réduire la population mondiale a 500 millions d’individus, sans droits, sans identités, sans racines,pucés comme des animaux, et si on dit un mot de travers on devient un paria sans aucun droit quel qu’il soit!
Pour ce qui est des ephad et ems, grace a la réforme des retraites de macron, le fait d’achever les retraités a coup de rivothryl.Comme ça plus de retraites a verser et tout bénef pour les mondialistes et multinationales criminels et corrupteurs!

Charlotte
Charlotte
2 mois il y a

Super article et supers commentaires ! En cette nuit nous menant au terrible 15 septembre, ça me remonte le moral, oui, ça fait du bien de voir que nous sommes sans doute nombreux à être d’accord… Et donc, au pire, fin du cauchemar en avril 2022. Voire avant !
Tenons bon, en particulier, vous, Patricia… Merci pour votre témoignage… 30 ans de vie gagnés…!!!

Dès ce 15 septembre, de nombreux services hospitaliers ne pourront pas fonctionner normalement. Il se pourrait alors que certains chefs de service ferment les yeux sur l’obligation de vaccination… J’y crois, pour certains hôpitaux, certains chefs…
Les grèves et manifs vont les aider à être intelligents…

Pour aller à un RV à l’hôpital sans pass, différentes solutions :
1) Contacter différents hôpitaux jusqu’à en trouver un acceptant cela
2) Avoir de son médecin sur l’ordonnance/le courrier pour le RV à l’hôpital la mention « URGENT »
3) Téléphoner à SOS Médecins, se faire envoyer à l’hôpital par eux, en urgence… (mais ça ne marche pas avec toutes les pathologies…)

Sinon, s’il vous faut absolument un pass (en tant que patient ou pour aller visiter un proche), il y a beaucoup d’endroits maintenant où l’on peut faire gratuitement (avec sa Carte Vitale) un test, et ouf, un test nasal peu profond (2 à 4 cm), résultat rapide.

Et surtout, quand on connaît des personnes particulièrement susceptibles d’aller à l’hôpital en urgence, et non-vaccinées, il faut les rassurer : pas de pass exigé aux urgences…

Copyright © Tous droits réservés. | Newsphere by AF themes.
RSS
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram