Juste Milieu

L’actualité… les mensonges en moins

investissement

Balance ton pote : la nouvelle tendance

Balance ton pote

Crédits photo : Shutterstock

Extrait de l’article Balance ton pote : la nouvelle tendance de Marion Messina paru dans le Juste Mensuel n°3 (Janvier 2022)

On vous avait dit, enfant, que rapporter c’était vilain. Pourtant, parvenu à un âge plus ou moins avancé, vous semblez découvrir que balancer c’est bien. Retour sur cette grande régression qui est tout sauf anecdotique.

Vous êtes très mécontent du dernier de vos achats. Le commerçant qui vous a refourgué sa camelote vous avait pourtant assuré que vous ne seriez pas déçu de ce pantalon aux poches multiples, bien pratique, coupé impeccablement pour votre morphologie, de surcroît dans une matière robuste et élégante. Le pantalon de maçon que vous pourriez aussi bien porter à votre mariage qu’à l’enterrement de votre aïeule. Une fois porté, force est de constater que le pantalon vous fait un énorme arrière-train, des cuisses rondes que vous eussiez préféré voir fuselées et un ventre encore plus visible que d’accoutumée. Deux espace-temps se dessinent :

– vous vivez avant l’ère Internet et vous retournez dans le magasin expliquer au vendeur qu’il vous a menti, que vous n’êtes pas dupe et exigez un remboursement. Devant vos bajoues cramoisies de colère, le proto-escroc vous rembourse avec un ton ampoulé et un grand sourire de faux-derche. Comme vous lui avez donné une occasion de se rattraper, vous vous devez de reconnaître qu’il a été assez malin pour vous donner envie de revenir puisqu’en sus du remboursement il a eu l’intelligence commerciale de vous remettre un bon d’achat ;

– vous vivez dans un monde qui s’apparente à un maillage de câbles traversés par micro-impulsions électriques elles-mêmes pilotées par des algorithmes, des formules mathématiques complexes qui régentent peu à peu l’ensemble des activités humaines : achats, banques, remboursements de frais médicaux, fréquence de versement des salaires, analyse des déplacements soumis à la validation d’une carte à puce, enregistrements des visites d’un site Internet… Tout, absolument tout est dématérialisé et les relations entre êtres humains se raréfient. Si le pantalon est acheté dans le monde tangible, la complexification du moindre aspect de votre existence rend chaque petite opération du quotidien épuisante, rien qu’en y pensant. Vous avez la flemme de retourner au magasin. Vous décidez donc de réclamer le remboursement en ligne. Presque aussitôt, une voix féminine se fait entendre à l’autre bout du sans fil. Elle vous demande d’exposer vos griefs contre la marque du pantalon et vous balancez tout : l’arnaque du vendeur obséquieux, son emphase qui vous meurtrit encore quand vous pensez à votre reflet dans le miroir de l’armoire, le sourire narquois de Madame (« Je t’avais bien dit que tu ne savais pas t’acheter des vêtements, mais au lieu de m’écouter, hein »), les conséquences psychologiques inestimables, les traces que cette histoire va vous laisser… Vous balancez alors le nom du vendeur, qui vous a sûrement refourgué de la camelote mais qui l’a fait pour des raisons dont vous ignorez tout. Encore en période d’essai, il sera limogé dans l’heure qui suivra votre appel. Au lieu de régler ça à la bonne vieille méthode, franche et sans grandes conséquences, vous vous lavez les mains en balançant tout à une tierce personne qui va faire le sale boulot.

Ne rigolez pas. Cela a sûrement dû arriver à nombre d’entre vous. Dessert mal décongelé dans une brasserie qui a pourtant très bonne réputation depuis des décennies dont vous allez témoigner sur Trip Advisor en laissant la note d’une étoile et le commentaire « Restaurant à la nourriture immonde », professeur qui a un peu mal parlé à votre enfant mais auquel vous n’osez pas vous confronter (hop, une lettre au rectorat !), opérateur téléphonique qui donne son prénom au début des hostilités, achat suivi d’un courriel « Donnez-nous votre avis », vous aussi êtes soumis à la tentation de la délation, sous couvert de faire valoir votre droit à la satisfaction.

Une maladie inconnue et ô combien menaçante se répand à une vitesse formidable à travers le monde.

Article réservé

Vous voulez lire la suite ?

Juste Mensuel

Cet article est issu du numéro de janvier de Juste Mensuel.

Pour le lire en entier, vous pouvez vous procurer ce numéro et soutenir Juste Milieu directement sur notre boutique en cliquant sur le bouton ci-dessous.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Copyright © Tous droits réservés. | Newsphere by AF themes.
RSS
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x